Dominique Sanda

Site officiel de l'actrice et comédienne Dominique Sanda

Site officiel de l'actrice et comédienne Dominique Sanda
Dominique Sanda
Dominique Sanda
Dominique Sanda
Dominique Sanda
Dominique Sanda
Dominique Sanda

Dominique Sanda : Filmographie

2000

The island of the mapmaker’s wife de Michie Gleason, avec Liam Gunningham, Roland Gift, William Marsh.

Finley Descotes (Natasha Little), qui achète et vend des cartes anciennes, fait la connaissance du marchand de cartes Bernard Ivens (Roland Gift) au cours d'un voyage à Amsterdam où elle espère acquérir deux cartes uniques qui viennent juste d'apparaître sur le marché. Bernard l'emmène chez Marta Kadar (Dominique Sanda) pour lui montrer une troisième carte qu'il est sur le point d'acheter pour lui-même. C'est alors que Finley remarque sur cette carte un détail qui en multiplie sa valeur à un point jamais vu, et elle la veut pour elle. Elle embarque Bernard dans une négociation féroce où tous les coups sont permis, ce qui l'entraîne au-delà du magasin de cartes, dans un monde d'intrigue politique où il y a gros à gagner.

Les rivières Pourpres de Mathieu Kassovitz, avec Jean Reno, Vincent Cassel, Nadia Farès, Jean-Pierre Cassel, Didier Flamand, François Levantal, Francine Bergé, Philippe Nahon, Nicky Naude, Karim Belkhadra, Robert Gendreu.

Souvent on me demande pourquoi j’ai accepté ce tout petit rôle, s’agissant d’une religieuse cloîtrée depuis plus de 20 ans dans sa cellule, qui a fait vœu de silence, et qui, à force de rester enfermée dans un lieu obscur, a même perdu la vue. Justement j’ai trouvé que ce rôle était comme un clin d’œil à une situation qui reflétait un certain dédain que j’expérimente depuis des années de la part du cinéma français. Mais enfin, nul n’est prophète en son pays. (Dominique Sanda, interview en 2000).

1998

Garage Olimpo de Marco Bechis, avec Antonella Costa, Chiara Caselli, Enrique Piñeyro.

Si l’art ne cherche pas la vérité, pas même la vraisemblance, le film de Marco Bechis n’est pas de l’art. Et je dis cela d’une façon si crue pour la simple raison d’avoir entendu diverses opinions qui adhèrent à ce même point de vue: il lui manque de la poésie, de l’enchantement, de la magie, du raffinement esthétique, disent-ils, toutes des qualités si présentes dans le meilleur cinéma italien. Je réponds que Bechis dans cette œuvre démontra être honnête dans la mesure où il refusa avec une lucide sévérité toute possible intervention de la fantaisie (tel que le prétendit l’ancien Platon en défendant le séjour aux poètes dans son utopique République). Quoique dans le cas présent, il ne faut pas oublier que n’eut pas lieu une seule formulation qui ne se rapporte à des faits déjà consommés. Il n’y a pas eu dans ce film l’intention de raconter une possible histoire, mais “l’histoire” qui eut lieu pendant la tragique période qui frappa l’Argentine toute la durée de sa dernière dictature militaire.
Garage Olimpo se présente ainsi comme un document, un film qui se base strictement sur des faits et des scènes réels, documentés d’ailleurs même dans les moindres détails sur des preuves existentes dans les volumineuses archives des Tribunaux et de la presse en général. Je vis par élection dans ce pays depuis quelques années, pays qui maintenant est à nouveau libre et que j’aime intimement pour mille raisons, aucune desquelles n’apparaissent dans le film de Bechis. Mais lui, s’est solidarisé avec des dizaines de milliers de morts assassinés, qui comme tels, ne pourront plus jamais rien lui rétribuer. Nous pouvons, nous, qui sommes vivants, le remercier en leurs noms... (Dominique Sanda: allocution prononcée au Cinema Lumière au Festival Internazionale di Litteratura e Cinema de Bologna, avant la projection du film, le 28-VI-2006).

L’univers de Jacques Demy de Agnès Varda.

avec la participation de Anouk Aimée, Richard Berry, Mag Bodard, Nino Castelnuovo, Danièle Darrieux, Catherine Deneuve, Françoise Fabian, Harrison Ford, Claude Mann, Marc Michel, Jeanne Moreau, Jacques Perrin, Michel Piccoli, Jean-François Stevenin, Anne Vernon…

« Quelle merveille d’avoir derrière soit quelqu’un qui parle de vous avec autant de tendresse, autant de clarté… C’est rare. D’habitude, il y a toujours un côté nostalgique. Mais grâce à Agnès, Jacques Demy est vraiment vivant. » (Jeanne Moreau, Telerama, octobre 1995).

En tant qu’actrice ayant joué en deux occasions dans des films de Jacques Demy, je considère que le regard d’Agnès Varda dans son film sur Jacques possède la qualité de voir ce qui est vraiment à voir du grand talent d’un homme. Quand on est doué d’une telle capacité, « rare » comme dit très justement Jeanne Moreau, c’est qu’on est un vrai artiste. (Dominique Sanda)

1994

Joseph -The Bible: Joseph; Joseph in Egypt; La Bible: Joseph-(TV) de Roger Young, avec Ben Kingsley, L. Ann Warren, Paul Mercurio, Martin Landau, Alice Krige, Stefano Dionisi, Mónica Bellucci, Valeria Cavalli, Warren Clarke, Kelly Miller, Gloria Carlin, Michael Angelis, Vicenzo Nicoli, Colin Bruce, Mike Attwell, Arthur Brauss, Andrew Clover, Paloma Baeza, Anna Mazotti.

L’histoire biblique de la vie de Joseph, le fils préféré de Jacob et de Rachel. Vendu par ses demi-frères, esclave en Egypte, il devint, par sa loyauté et sa sagesse, conseiller du pharaon.

Brennendes Herz -Corazón ardiente- (TV) de Peter Patzak, avec Helmut Griem, Thomas Kretschmann, Claudia Michelsen, Dieter Laser, Werner Herzog, Karim Allaoui, Arthur Brauss, Herb Andress, Bernard Freyd, John-Phillip Law, Suzanne von Borsody.

Qui connaît Gustav Regler? Seuls quelques initiés. Cet écrivain allemand communiste né en 1898 a combattu avec les Républicains espagnols. Il a été interné dans les camps du régime de Vichy, avant de s’évader et de gagner le Mexique. Bref retour en Allemagne, puis ultime échappée en Inde, où il meurt en 1963.

1993

Les enfants de la honte -Nobody’s children- (TV) de David Wheatley, avec Ann-Margaret, William Marsh, Clive Owen, Reiner Schone, Frances Tomelty.

Un couple d’américains du Nord qui depuis longtemps cherche à adopter un enfant, apprend par les informations télévisées qu’en Roumanie, aprés l’exécution des Ceaucescu, l’adoption dans ce pays est possible. Ils décident de voyager à Bucarest. Là commence une vraie descente aux enfers, quand ils découvrent une réalité qui dépasse toute l’horreur imaginable: dans les orphelinats, des milliers d’enfants sous-alimentés, se trouvent dans un état d’abandon calamiteux. Au fur et à mesure ils comprennent qu’ils sont pris dans un piège, vu que la bureaucratie officielle est seulement intéressée à toucher de l’argent, sans jamais délivrer le permis promis. Ce film s’est basé sur des faits réels, utilisant des extraits filmés en cachette par des médecins étrangers.

1993/1992

Der fall Lucona -The Lucona Affair- (TV) de Jack Gold, avec David Suchet, Jürgen Prochnow, Mandred Andréa, Eisi Guip, Günther-Maria Halmer, Georg Marischka, Franco Nero, Heinz Schubert, Friedrich von Thun.

1992

Albert Savarus (TV) d’Alexandre Astruc d’après Honoré de Balzac, avec Niels Arestrup, Charlotte Valandrey, Fernand Guiot, Domiziano Arcangeli, François Domange, Diane Lepvrier.

Rosalie de Watterville entend parler d’Albert Savarus au cours d’un dîner chez ses parents. Cette jeune fille de 19 ans, romantique et passionnée, s’éprend aussitôt de cet inconnu, de cet homme mystérieux qu’elle n’a jamais rencontré, d’autant plus qu’il habite la maison d’en face et qu’elle peut l’observer par sa fenêtre. Une princesse italienne (Dominique Sanda) et lui s’échangent un courrier d’amour qui, à cause de la jeune Rosalie, jalouse, sera systématiquement détourné.

Der lange Weg des Lukas B -By way of the stars- (TV Feuilleton) d’Alan King, avec Zachary Bennett, Gema Zamprogna, Christian Kohlund, Anja Kruse, Dietmar Schönherr, Hannbes Jaenicke, Jan Rubes, Günther-Maria Halmer, Tantoo Cardinal, John Neville, R.H. Thomson.

Der grüne Heinrich -Henri, le vert- de Thomas Koerfer, avec Thibault de Montalembert, Florence Darel, Assumpta Serna, Andréas Schmid, Mathias Gnadinger, Nadja Uhl, Ronald Nitschke, Paul Burian.

A Munich, le carnaval bat son plein: Henri le Vert (Thibault de Montalembert), un jeune suisse, étudiant en art, observe cette exubérance avec autant de fascination que de réserve. En plein milieu du brouhaha carnavalesque, il rencontre son meilleur ami, le peintre hollandais Lys ( Arnaud Chevrier). Dans la confusion des masques qui défilent, cet artiste bon vivant trompe sa fiancée Agnès avec Rosalie qui veut, à son tour, profiter pleinement et allégrement du carnaval. En protecteur, Henri se place devant Agnès qui suit avec effroi la trahison irresponsable de son fiancé. Dans une excitation d’abord incompréhensible, Henri provoque son ami en duel... le combat devra avoir lieu à l’aube. Entre temps, Henri le Vert se souvient de son enfance et de sa jeunesse à Zurich. En pensée, il revit la mort précoce de son père pendant une excursion de chasse. La mélancolie de sa mère (Dominique Sanda) l’accable. Dans son innocence enfantine, il s’entretient sur l’amour avec sa petite cousine Anna. Lors de l’une de ses conversations dans une salle d’école, Anna lui donne furtivement le premier baiser. Mais par égard pour la santé d’Anna, l’oncle (Mathias Gnädinger) emmène sa famille à la campagne pour y habiter dans sa propriété. Le combat ayant lieu avec son rival qui lui est nettement supérieur, Henri est mortellement blessé. Sur son visage apparaît une expression de joie et de paix immense: dans la mort, Henri le Vert est enfin uni avec Anna.

Rosen von Emil -Emile des roses- de Radu Gabrea, d’aprés le roman de Georg Hermann. Avrc Dana Vavrova, Werner Stocker, Serge Reggiani,Bernard-Pierre Donnadieu, Erich Bar, Daniela Lunkewitz.

C’est parce qu’il lui a offert une rose le jour de leur rencontre que Lissy l’a surnommé “Emile des Roses”. Leur histoire est à la fois romantique, drôle et triste dans le Berlin grouillant des années 1900.

1991

Non siamo soli (TV Feuilleton) de Paolo Poeti, avec David Becchini, Alessandra Casella, Massimo Dapporto, Claudia Gerini, Sabina Knaflitz, Massimo Bellinzoni, Massimo Wertmuller, Marco Masseri.

Ils n’avaient pas rendez-vous -Comme par hasard- (TV Sentiments), dernier film de Maurice Dugowson, avec Jean-François Stévenin, François Perrot, Pénélope Schellenberg, Wladimir Yordanoff, Marc Berman, Elisabeth Sender, Robinson Stévenin, Damien Odoul, Antonie Lorenzi.

Victor (Jean-François Stevenin) est un peintre qui n’a plus envie de peindre. Plus envie d’autre chose non plus, envie de rien. Plus de goût à la vie. Depuis quelques temps, il peint de manière obsessionnelle, des revolvers, et il va finir par s’en servir,... contre lui. Il veut laisser un ultime message à sa femme, dont il est séparé, et à ses enfants sur un dictaphone, mais les piles sont usées... elles aussi. Et le destin pousse dans sa voiture une femme (Dominique Sanda) prise en otage par un jeune délinquant. Elle est belle, elle a un goût forcené pour vivre; d’autant plus qu’un mauvais cancer la ronge, ce qu’il ignorera jusqu’au bout. En vivant peut-être sa dernière histoire d’amour elle lui redonnera le goût de vivre.

Naissance d’un Golem -Birth of a Golem- (Moyen métrage) d’Amos Gitaï, avec Henri Alekan Jr., Adina Baron, Annie Lennox.

1990

El viaje -Le voyage- de Fernando Ezequiel Solanas, avec Walter Quinos, Soledad Alafano, Marc Berman, Angela Correa, Walter Quiroz, Franklin Calcedo, Alberto Segado.

Yo, la peor de todas -Moi, la pire de toutes / I, the worst of all- de María-Luisa Bemberg, d’après le livre de Octavio Paz “Las trampas de la fe (Les pièges de la foi)”, avec Assumpta Serna, Hector Alterio, Lautaro Murua, Graciela Araujo, Alberto Segado, Gerardo Romano, Franklin Caicedo, Hugo Soto.

Le film raconte la vraie histoire d’une femme du 17ème siècle au Mexique, sor Juana Inès de la Cruz (Assumpta Serna), considérée comme une des plus grandes femmes poètes de la langue espagnole. Afin de se consacrer à sa passion dévorante, l’écriture, Juana ne trouve d’autre solution que d’entrer au couvent. Sa soif de savoir, sa largesse d’esprit et sa grande beauté lui valent la protection de la vice-reine (Dominique Sanda), mais l’amène à un conflit en cette période de l’Inquisition, avec l’Eglise et l’Etat...

Tolgo il disturbo -Valse d’amour (ou Je ne vous dérangerai plus)- de Dino Risi, avec Vittorio Gassman, Valentina Holtkam, Eva Grimaldi, Elliott Gould, Firmine Richard, Mónica Scattini, Gianni Franco.

Augusto (Vittorio Gassman) a dépassé la soixantaine lorsqu’il sort de l’hôpital psychiatrique pour retrouver Carla (Dominique Sanda), sa bru, et Rosa, sa petite-fille âgée de 9 ans. L’enfant et le vieillard un peu dingo s’aiment d’amour, d’amitié pudique, jusqu’au jour où la gamine tombe amoureuse de son cousin et le confie à Grand-Père. Ce dernier, alors, entend à nouveau des symphonies dans sa tête.

Warburg: a man of influence -Warburg, le banquier des princes- (TV Feuilleton) de Moshé Mizrahi, d’après le livre de Jacques Attali, avec Sam Waterstone, Jean-Pierre Cassel,Julian Glover,Paul Herzberg, Alexandra Stewart,Otto Tausig, Manfred Andrae, Sam Karmann, Boris Bergman, Charles Millot, Didier Flamant, Jay Benedict, Hans Peter Cloos, Wolf Harnisch, André Oumansky, Henry Rinehart, Stéphane Rodin, David Wengrow, Raoul Delfosse, Peter Hudson, Lazlo Szabo.

Né avec le siècle passé dans une très ancienne famille de banquiers juifs, Siegmund Warburg, à l’exemple de ses plus grands ancêtres, commence sa carrière en Allemagne comme banquier et conseiller du Prince. Dans les tourbillons de Weimar qui ruinent son père, il participe aux tortueux financements de l’administration allemande. Et lorsque l’économie de dette laisse place à l’économie de guerre, l’avènement de Hitler l’envoie à Londres, avec son nom pour tout capital. Il y fonde une petite société financière, y invente les modes de financement des Alliés en guerre, et contribue à briser ceux de l’Allemagne au moment où Hitler détruit, avec son peuple, la banque que sa famille a mis plus de deux siècles à bâtir. (Jacques Attali).

In una notte di chiaro di luna -Par une nuit de clair de lune; As long as it’s love (Up to date)- de Lina Wertmüller, avec Faye Dunaway, Nastassja Kinski, Peter O’Toole, Lorraine Bracco, Rutger Hauer, Massimo Wertmüller, George Eastman.

Site en Français Site in English Sitio en Castellano